Archives pour l'étiquette Jean-Jacques Goldman

A LEURS AMOURS

Vanity 28_oct15
Vanity Fair n°28 – octobre 2015

De page en page, de Jane Fonda à Pamela Harriman, je me balade et j’imagine vivre d’autres vies à côté et loin d’elles, hors du temps. Dans la confidence ou dans le phantasme. Je suis un homme amoureux des aventures sentimentales et des émois réussis. Je tourne la tête. Une autre figure s’annonce dans mon esprit, celle d’une grande amoureuse dont les exploits font sonner plein de nos idées cloches et préconçues : Carla Bruni.
Par esprit de contradiction, par volonté de provocation, par goût de l’évasion et de la construction d’autre chose, je pars à la rencontre d’un grand séducteur pur produit de mon imagination. Je distille à l’envie son carnet d’adresses amoureux en élaborant un palmarès comparable à celui de la belle et libre Carla. Je m’amuse et je tousse devant ce portrait miroir où se télescopent des correspondances improbables. Je m’interdis tout jugement de valeurs, j’extrapole les idées folles, les mariages impossibles… je suis pour la liberté de penser et pour le libre mouvement des corps. J’ouvre la porte aux commentaires et à l’indulgence.

Carla BRUNI Carlos BURNET
Chanteurs Mick JAGGER
J-J. GOLDMAN
Louis BERTIGNAC
Eric CLAPTON
Madonna
Mylène FARMER
Lorie
Barbara STREISAND
Comédiens Charles BERLING
Vincent PEREZ
Kevin COSTNER
Anne PARILLAUD
Carole BOUQUET
Sharon STONE
Politiques Laurent FABIUS
Nicolas SARKOZY
Luc FERRY
Ségolène ROYAL
Michèle ALLIOT-MARIE
Simone WEIL
Rashida DATI
Divers Donald TRUMP
Arno KLARSFELD
J-P ENTHOVEN, le père
Raphaël ENTHOVEN, le fils
Mona AYOUB
Eva JOLY

 

Président, président…

Vanity 14_aout14
Vanity Fair n° 14 – août 2014

Le président Alfred Bonjardin a passé l’été à l’Elysée. Comme il l’avait promis avant les élections, lui et ses trois vice-présidents ne se sont accordés que très peu de repos. Les observateurs restent sceptiques, les français, eux croient en l’homme qu’ils ont élu il y a cent jours. Sans parti politique, avec sa seule fortune et l’appel à contribution des partisans, il a réussi à financer une campagne originale et victorieuse. Il a su utiliser les nouveaux médias et convaincre tous ceux qui croyaient encore en un sursaut possible de voter pour lui. Jouant la carte de la simplicité, de l’innovation et du bon sens, il a tout de suite mis en application sa mesure la plus emblématique en supprimant le poste de premier ministre pour assurer lui-même la direction de l’état entouré de l’équipe resserrée avec laquelle il a fait campagne : un triumvirat de personnalités compétentes et volontaires venant de gauche, de droite et de la société civile : Hubert Védrine  en charge de la Nation (Sécurité intérieure et extérieure, justice, diplomatie…), Christine Lagarde à l’Economie (Finances, industrie, transport, tourisme…) et enfin, non le moins surprenant des bonhommes, Bernard Tapie à la Personne et au Citoyen (Education, santé, solidarité, culture…). Tout un programme !

Le nouveau président est atypique, héritier d’une riche famille du sud-ouest de la France il demeure libre penseur. Parmi les particularités avec lesquelles plus d’un s’est étranglé, et le tout Paris de se gausser encore ! la contribution de Jean-Jacques Goldman, sorti de sa retraite, pour composer la chanson fédératrice de sa campagne ‘‘Travailler à aimer la France’’ dont le succès se compare à l’hymne écrit pour les Restos du Cœur en 1985.

Alfred Bonjardin, n’a pas hésité à réduire au maximum le protocole et ses déplacements. Il affirme être là pour gérer le pays non pour partager des petits fours avec les différents corporatismes. Il ne se prend pas pour le roi, mais pour le responsable d’une très grande et très vieille entreprise qu’il s’est engagé à redresser avant de prendre une retraite bien méritée. Finis les conseils des ministres longs et fastidieux. Il travaille dans l’urgence avec une équipe efficace et dévouée. La communication est sobre, sereine et discrète. Il ne reçoit à l’Elysée que les représentants des cultes et les artistes émérites. Il organise une fois par semaine, en dehors du Palais, des conférences animées par les plus grands penseurs et intellectuels actuels. Quand on lui reproche son fonctionnement iconoclaste, il répond qu’il est temps d’oser bousculer les idées arrêtées tout en restant fidèle à l’esprit français empreint d’universalité et de générosité.