Archives pour la catégorie Ubarius – Web Vagabond !

Le choix des mots, la rencontre des photos.

Le Vol du Poisson Rouge

Vol du Poisson Rouge

Je vole comme un poisson rouge.
J’ai mis un masque et des gants blancs pour ne pas me faire remarquer…
« Tour de contrôle à Poisson Rouge : y-a-t’il de l’eau dans le bocal ?
Préparez-vous à sortir les plongeoirs et aussi les amuse-gueules.
Préparez mon grand peignoir, je ne suis pas seul. »
… Prétextant une poussière, je vais me rincer l’œil. Je glisse profiter des courants d’eau entre les jambes d’une belle sirène.
Elle rêve d’une île, je garde mes ailes.
Ensemble nous nous envoyons en l’air et rebondissons au-delà des océans vagues.
Nous nous moquons de l’apesanteur des jours.

QUI M’AIME ME SUIVE

Miss you

J’aime. Je ne sais pas désaimer. Je ne sais même pas ce que cela veut dire. Quand je suis séduit c’est pour la vie. Je ne suis pas fidèle, je suis fataliste. J’essaye de faire les choses, j’économise mon énergie à les entretenir, les déconstruire me désespérerais, les voir s’abimer m’attriste. Par lâcheté je peux m’éloigner, mais je reste attaché aux gens que j’ai aimés, je garde toujours à l’esprit un lien discret et ténu. Je ne sais pas me fâcher. Je vois dans la fâcherie une illusion d’amnésie volontaire à laquelle je ne veux apporter aucun crédit. Je n’oublie pas les gens que j’aime. Ils sont avec moi à chaque instant de ma vie ; pas toujours là à porter mon sac de victuailles, mais présents dans mon esprit et dans mon cœur avec la douce énergie qu’apporte la camaraderie éternelle. Je ne conçois pas qu’on puisse se tromper en amour ni ne plus aimer quelqu’un qu’on a chéri ou alors c’est que l’on ne s’aime pas soit même.

Mais enfin Ubarius, tous ces gens qui se séparent c’est bien qu’ils ne s’aiment plus ? Non, je pense qu’ils vivent sous l’influence de la publicité des sentiments, effrayés par l’héroïsme d’aimer vraiment. Car aimer est héroïque. C’est un exploit que de grandir en aimant et en se rapprochant des autres avec de délicates, généreuses et sincères attentions.

L’amour raté c’est le sentiment d’infini offert à des caniches, l’amour réussi est une œuvre d’art. A tout considérer c’est la meilleure chose à tenter en ce bas monde. Et nous sommes nombreux, dans ce beau destin, à n’être que des bricolos…

very nice

Christophe Jacrot Nice Pointe de Rauba-Capeu

Image de film : Indochine ?
Tempête éternelle, grêle souvenir. Immobilité passive.
Des neiges grises disparaissent devant l’apparition évanescente d’une silhouette ocre de Chine. Bitume brulé de glace, pelures du ciel en transhumance. L’horizon s’évapore. Le vent caresse la lumière. Je cligne des yeux…
Je suis à Nice dans un transport imagé et désolant qui me réconforte pourtant.
Paisiblement installé dans une contemplation de l’absence au calme dérangement, je me projette avec délectation dans le cadre proposé.
Acteur silencieux dans un film noir et blanc, je flotte dans le décor éphémère et me déplace entre deux points de fuite ; je poursuis la ligne dans sa courbe blanche et rassurante, balaye le clair-obscur d’un revers de cil, fuit la brillance de l’ondée passagère… Je déguste mon existentielle errance.

J’entends du Chet Baker et vois des charbons bleus.

Merci à ©hristophe Jacrot pour son magique cliché

BRUITS DE COULOIR

J’aime l’exercice qui consiste à associer des mots nouveaux aux images que je croise dans mes déambulations internet. Cette fois, j’inscris une belle rencontre virtuelle avec un ancien camarade de lycée en reprenant son texte et sa photographie :

10599403_10204846309343564_6394248008125209869_n

– Regardez mon nouveau statut Facebook, chère amie : je m’y montre impitoyable pour l’impérialiste Zuckerberg.
– Quel courage, mon ami ! Comme votre anticapitalisme fait plaisir à voir ! Vous êtes le phénix des hôtes de la vraie droite !
– Et voyez mon commentaire ici : j’y condamne fermement Apple et toutes ses manigances.
– Bravo, mon ami, bravo. Avec des esprits comme vous, la cohérence intellectuelle de notre nation est assurée.

( Pascal Avot dans une inspiration du 18 sept.-14)